Ah le mois de novembre !… Une période de l’année particulièrement pluvieuse que le motard apprécie peu ! Pourtant, il m’arrive d’enfourcher ma Triumph à cette époque. Bien souvent, il s’agit de ma dernière ballade de la saison… et aussi d’une promenade très, très arrosée au point de devenir une éponge. Voici mon mode d’emploi pour faire sécher son équipement complètement gorgé d’eau afin d’éviter l’odeur particulièrement désagréable de chien mouillé…

Avant de partir goûter la pluie (avec la FFMC 77 😉 )

Un peu de tri pour commencer

De retour de la piscine – oui, j’étais vraiment trempé jusqu’aux os ! –, je commence par me déshabiller et à trier mes affaires :

  • Les vêtements classiques (jean, t-shirt, pull, caleçon et chaussettes) vont dans la machine à laver le linge à lancer très prochainement afin d’éviter au tissu de moisir
  • Le blouson est sur un cintre dans la salle d’eau pour qu’il sèche tranquillement. Mon DXR Asphalt a plutôt bien résisté au déluge. C’est surtout la partie extérieure qui est mouillée
  • Le pantalon de pluie est pendu à la barre du rideau de douche
  • Il reste maintenant les deux équipements moto les plus difficiles à faire sécher efficacement et rapidement : les gants et bottes qui se sont littéralement transformés en éponges. Bonjour la galère !…

Pour commencer

Avant toute chose, utilisez cette technique toute simple pour commencer à éponger l’eau : prenez de l’essuie-tout. Vous fourrez les gants et bottes de papier sec qui va s’imprégner d’eau. Une quinzaine de minutes suffisent.

Sécher ses gants

Comment vais-je pouvoir faire entrer de l’air chaud à l’intérieur de mes gants d’hiver par définition épais ? Mes Gerbing XR7 7V (voir leur présentation) sont chauffants, je n’ose pas les allumer tant ils sont encore gorgés d’eau… J’en profite d’ailleurs pour débrancher et mettre les batteries au sec.

Au final, je finis par prendre deux cintres métalliques fins que l’on donne au pressing. Chaque cintre est plié en deux de façon à créer un « écarteur » de gant qui va aussi jouer le rôle de support. Ainsi, je vais pouvoir positionner mes Gerbing debout sur un radiateur avec la manche ouverte permettant à l’air chaud de s’engouffrer et donc de chasser l’eau petit à petit…

Sécher ses bottes

La technique utilisée pour les gants ne peut fonctionner avec les bottes malheureusement trop lourdes… Après de multiples tentatives, je pars sur l’idée de l’étendoir que je positionne au-dessus d’un radiateur.

Les bottes sont retournées afin de faire entrer l’air chaud à l’intérieur. La distance entre le chauffage, les dimensions et la forme des chaussures entraînent un séchage plus long qu’avec les gants. La méthode est tout de même efficace.

Pour finir

Comme vous l’avez constaté cher lecteur, mes deux solutions anti-humidité pour les gants et bottes de moto sont « artisanales ». N’ayant pas trouvé quelque chose de satisfaisant sur le net, j’ai utilisé le système D. Mes bottes sentent malheureusement encore un peu mauvais. Elles ont peut-être séché un peu trop lentement… Il est vraiment important de chasser au plus vite l’eau de votre équipement pour le préserver longtemps. Autrement, votre prochaine ballade moto pour avoir un parfum de « chien mouillé » tout sauf agréable. 😉

Et vous, quelles sont vos astuces pour sécher vos vêtements de moto ?

PS : Bonne année 2019 chers passionnés ! 😀

Vous ne manquerez plus rien d'Automotard !

Cher passionné, recevez les derniers articles d'Automotard dans votre boîte mail !